Projet du mois

17 septembre 2019

Au Népal Des lampes comme autant d’étoiles...

Le projet de Septembre 2019

Au Népal
Des lampes comme autant d’étoiles dans le ciel …

La nuit allume les étoiles ou peut-être …
un rêve devient réalité grâce aux kits solaires

L’énergie solaire permet l’installation de kits de lampes dans les pays en voie de développement et dans les pays touchés par des catastrophes naturelles comme ce fut le cas au Népal en 2015.

En effet, le terrible tremblement de terre y a bouleversé la vie de milliers de familles vivant dans les hautes collines. Leurs maisons détruites, les personnes ont été accueillies dans des camps temporaires.

L’ONG « Villages Tech Society » a été fondée par David Sowerwine, étudiant comme ingénieur chimiste, entrepreneur en technologie, professeur à Stanford qui a parcouru le monde, de l’Asie du Sud-Est à l’Inde, des Philippines au Népal. S’il vint au Népal pour ouvrir une industrie agro-alimentaire, il se consacre depuis plus de 16 ans avec son épouse à tenter d’améliorer les conditions de vie des Népalais et plus particulièrement les conditions de vie des communautés rurales.

Dans le cas présent, David Sowerwine a demandé à Femmes d’Europe de financer l’installation de lampes solaires dans le village sans électricité de Seltung Kharka où vivent 91 familles.
Ces kits solaires consistent en deux lampes LED avec une batterie rechargeable sûre, un panneau solaire et le tout à un prix abordable.

Seltung Kharka est un des villages du district de Dhading, un des 75 districts du Népal dont l’altitude varie de 488 m à 7409 m. Si ce district se trouve à 4 heures de bus de Katmandu, il faut deux jours de marche complets pour atteindre les sites de Hendung et Sertung (2 VDS) - le district compte 50 VDC ou Village Development Commitees, divisés en 9 wards ou quartiers.

Inutile d’ajouter que le district a peu de structures développées et seul 30% de la population rurale a accès à l’eau potable.
L’agriculture, leur principale ressource occupe 80% du territoire, les 20% restant étant couverts de forêts.

Dans un site isolé, le kit solaire permet de produire de l’électricité de façon autonome : il stocke l’énergie grâce à des batteries : cette application « nomade » parce que éloignée d’un quelconque réseau est facile à mettre en place : en effet quelques heures suffisent pour que l’installation fonctionne et l’électricité est renouvelable et non polluante.
Néanmoins sur place il faudra 20 jours pour installer les lampes dans toutes les maisons de Seltung Kharka avec deux techniciens expérimentés.

Cette « technologie » relativement simple, peu onéreuse, souple en quelque sorte, superbe invention, permet facilement aux régions lointaines de se fournir en électricité et donc de sortir de leur isolement à tous les points de vue.

Tel est l’exemple au Village de Seltung Kharka où une demande financière relativement modique – 5000 Euros – a permis l’installation de ces kits. Inutile d’ajouter que d’autres villages sont candidats et demandeurs !

La nuit a besoin d’étoiles
Les hommes ont besoin de rêves

Sabine Cartuyvels
Comité Projets

La galerie d'images liée à cette page est réservée aux membres de l'association.

1er juin 2019

Waves for Development - A Very Different Project

Le projet de Juin 2019

Some fifteen years ago, a number of very keen surfers discovered a new and exciting coastline to surf around a village in Northern Peru, not far from the border with Ecuador, known as Lobitos. They started to rent small wooden houses in the area – and a potential tourist industry was born.

Lobitos was once an oil production and military base, but that is all gone, and what is left is a somewhat dilapidated fishing village. Approximately 1500 people live in Lobitos, and the majority of the population is less than 18 years old. This is a small socio-economic time bomb, since these young people will need employment in the coming years. Apart from fishing, job offers are scarce. And young people have little access to financial resources and business knowledge.
A chance meeting of four surfers who discovered Lobitos – an Australian, an American, an Italian and a Swiss – led to the conception of WAVES for Development, Peru, a voluntary association of surfers who wish to give back to the area something of value. WAVES is based on the idea that surf travel should benefit the people and the communities where it happens. The organization links travelling to surf, volunteering, community-based tourism and grassroots initiatives.
They set up an outreach programme, offering surfers a chance to unite their favorite sport with a chance to interact with the local people by volunteering to share skills with them (voluntourism).
Since tourism is likely to be the largest source of future employment, WAVES organized groups of instructors to teach young people some of the skills which would be useful in the tourism industry. These included English speaking, photography, swimming and surfing ; commercial training and micro-finance ; and ecology and other workshops including construction, preparation of surf-boards, solar panels and creation of gardens. Every year groups of surfers now join in this initiative, contributing to the work of WAVES while enjoying their surfing holiday.
These activities are small-scale, but flourishing. The centre of the activity is at the Surf Shop, which was situated in a run-down shack, inadequate for all the initiatives which were undertaken there. Our Association was requested to finance the construction of larger and more solid building.

Our funding covered the bamboo, cement and other materials required to transform a shack into a substantial entity. The actual construction work was carried out by WAVES staff, with the help of volunteers and two professionals hired in Lobitos. They emptied the shack and set aside those wooden panels which were good enough for future use. They constructed bamboo walls flat on the ground, then erected them, roofed them and plastered them with concrete, as well as pouring a new concrete floor. They sanded, painted and varnished the walls. Windows and doors were placed, electricity was installed, and shelving was assembled.

In less than three months the Surf Shop/Meeting Centre for Visitors was completed.
Thanks inter alia to the help of FdE, the future for the young people in Lobitos just became a little brighter !

Maeve Schiratti – Doran
Project Committee

1er mai 2019

Le moulin en pays Dogon au Mali

Le Projet de Mai 2019

Le moulin a perdu ses ailes
Il n’attend plus le vent
Il ne bat plus des ailes
Il ne tourne plus le soir

Le moulin en pays Dogon au Mali

Et pourtant, pourtant il tourne, il ronronne désormais en pays dogon, à quelques kilomètres de Mopti, au sud-ouest de la boucle du Niger, près des fameuses falaises de Bandiagara – 200 kms de long, 700 m de hauteur, univers vertical d’une beauté unique, l’un des sites les plus fascinants de l’Afrique de l’Ouest - dans la plaine... dans la plaine aux nombreux petits villages tous voués à l’agriculture, où les hommes travaillent aux champs, où les femmes préparent les repas pour toute la famille après avoir, dans un mortier, pilé le grain longuement, patiemment, laborieusement, comme le veut la tradition.

Au village d’Endé-Toro désormais, le mil, denrée de base, essentiel et énergétique sera moulu dans un moulin à moteur tout neuf apporté par Femmes d’Europe.
Nul ne peut ignorer la valeur nutritive d’une farine fraîchement moulue.
Les haricots eux aussi peuvent être moulus ... au Mali ! et à Endé-Toro !

Les hommes ont construit un petit hangar pour abriter la machine et le moulin acheté à Bamako a été transporté par camion jusqu’à Bankass – 700 kms ! - et ensuite acheminé pour les derniers 12 kms à Endé-Toro. Monté par les hommes, il a été directement et solennellement inauguré par les femmes en septembre après de nombreuses bénédictions. ET tout fonctionne à la grande joie de tous.

L’entretien du moulin sera assuré grâce à une modeste contribution financière des femmes, les premières à avoir souhaité l’usage d’un moulin qui les soulagerait dans leurs tâches quotidiennes.

Sabine Cartuyvels Comité Projets

1er janvier 2019

AMONSOLI asbl

Le Projet de Janvier 2019

C’est à Verviers que les deux membres garantes de FE se sont rendues pour découvrir l’équipe Amonsoli.
Accueillies au milieu d’une animation débordante d’activités, une ruche en ébullition, nous avons fait une première réunion avec les responsables principaux des divers départements : maison d’accueil et un peu plus loin une ex-grande librairie aménagée pour l’école des devoirs.
Des bénévoles, assis près des enfants (6-12 ans) les aident dans leur apprentissage scolaire.

L’ambiance est bon enfant, un peu comme une relation grands-parents/petits enfants. On sent la connivence, le respect réciproque, l’efficacité, la patience.

Il y a une liste d’attente pour l’accueil de ces petits protégés que les parents-souvent étrangers- ne peuvent soutenir.
Cette équipe de bénévoles est passionnée et nous le ressentons.

Nous comprenons et vérifions que les dons faits par Femmes d’Europe sont bien là et sont plus qu’utiles !
Dans la rue, en cheminant avec le responsable, nous constatons qu’il est salué et accosté avec respect par des parents dont les enfants font ou espèrent faire partie de l’école des devoirs.
Tout est bien prévu, pensé, adapté : objectifs, horaires, règles à respecter, conditions d’accès, fiche d’inscription, etc…

Tout est constamment ajusté, perfectionné, précisé par l’équipe pensante qui, malgré tout, manque cruellement de moyens. On les sent tous, dévoués « corps et âmes » à leur engagement
Que c’est beau ! Que c’est grand ! Que c’est à encourager pour leur sérieux et efficacité !
Bravo à tous et à toutes pour la peine que vous vous donnez, vous êtes récompensés par le sourire des enfants, la bienveillante coopération des bénévoles, le professionnalisme des responsables.
Nous sommes reparties émues de tant de travail bien fait, de résultats brillants.
Bon vent à AMONSOLI !

Monique de Pourcq et Solange van Wilderode Groupe belge

Documents joints

La consultation de ce document est limitée aux adhérents de l'association.

S'identifier

Niger Tagast in imawalane - Novembre 2018

Word – 747.6 ko
La consultation de ce document est limitée aux adhérents de l'association.

S'identifier

Amonsoli - Janvier 2018

Word – 356.5 ko